La perte de dents chez les fumeurs

La perte de dents chez les fumeurs

Les gros fumeurs subissent une perte de dents 2 à 3 fois supérieure par rapport aux non-fumeurs. C’est la conclusion d’une étude européenne parue dans le Journal of Dental Research. En effet, les chercheurs ont examiné la dentition de 23 000 personnes qui fument et qui ne consomment pas de tabac. En moyenne, les gros fumeurs conservent entre 3 et 5 dents de moins que les non-fumeurs. Ce phénomène s’explique parce que le tabac affaiblit les tissus qui maintiennent les dents dans leur alvéole.

Les conséquences du tabac sur la santé bucco-dentaire

Tout le monde sait que le tabac, sous toutes ses formes, est nocif pour la santé et peut engendrer de graves problèmes comme le cancer, les maladies pulmonaires et les cardiopathies. Les effets de la cigarette sur la bouche et les dents sont également nombreux. Plus la consommation de tabac est longue, plus les risques et les symptômes sont importants. 

  • Taches ou décolorations sur les dents
  • Mauvaise haleine persistante
  • Accumulation de plaque dentaire et de tartre
  • Caries dentaires
  • Diminution de la production de salive qui entraîne une sécheresse buccale
  • Maladie parodontale qui touche les gencives et l’os
  • Perte osseuse au niveau de la mâchoire
  • Altération du goût et de l’odorat
  • Mobilité dentaire allant jusqu’à la perte de dents
  • Ulcérations dans la cavité buccale
  • Langue velue et colorée
  • Guérison moins rapide après une blessure ou une chirurgie buccale
  • Réduction des chances de succès de certains traitements
  • Cancers de la bouche, de la langue, des lèvres et de la gorge

Les risques de perte de dents à cause du tabagisme

L’étude du Journal of Dental Research démontre l’impact du tabac sur la longévité des dents. Celles-ci sont très exposées puisqu’elles sont en contact direct avec la cigarette. En moyenne, les grands fumeurs (qui fument 15 cigarettes ou plus par jour) ont deux à trois fois plus de risques de perdre leurs dents par rapport aux non-fumeurs.

Le professeur Thomas Dietrich, auteur principal de l’étude, explique : « Lorsque l’on perd des dents, c’est souvent à cause de caries ou de parodontite chronique (une maladie des gencives). Or, on sait que la parodontite est un risque majeur chez les fumeurs, car la cigarette agresse physiquement et chimiquement les gencives. Il est donc logique que, plus ils fument, plus le nombre de dents perdues est élevé ».

En effet, par la chaleur et les particules qu’elle dégage, la cigarette agresse physiquement et chimiquement les gencives. Cela entraîne une inflammation constante qui réduit la vascularisation du tissu gingival et le rend plus vulnérable aux attaques des bactéries présentes dans le tartre et la plaque dentaire. 

Au final, le fumeur développe une parodontite. Cette pathologie provoque la destruction de l’os qui entoure la racine de la dent et des ligaments qui la maintiennent dans son alvéole. Sans intervention, il s’ensuit un déchaussement et la chute de la dent. 

Il est possible de freiner la progression de la parodontite grâce à une intervention chirurgicale. Cependant, la condition non-négociable est que le patient doit arrêter de fumer, au moins temporairement, pour permettre la cicatrisation.

Les conclusions de l’étude sur la perte de dents

Il faut savoir qu’un adulte possède normalement 32 dents. Cette étude européenne fait ressortir les informations suivantes.

Chez les hommes : 

  • Avant 50 ans : un homme n’ayant jamais fumé conserve en moyenne 28 dents, contre 25 pour un gros fumeur. 
  • Après 60 ans : la différence s’accentue, avec 22 dents conservées pour les hommes non-fumeurs contre seulement 7 chez les gros fumeurs.

Chez les femmes, l’écart est un peu plus réduit :

  • Avant 50 ans : une femme n’ayant jamais fumé conserve en moyenne 27 dents, contre 25 pour un gros fumeur. 
  • Après 60 ans : 18 dents conservées chez les non-fumeuses contre 11 chez les fumeuses.

Une fois ces données pondérées par d’autres facteurs pouvant jouer sur la santé dentaire, le risque d’un gros fumeur de perdre des dents est multiplié par 3,6 par rapport à un non-fumeur et par 2,5 pour une fumeuse.

Cette évaluation repose sur l’analyse des données médicales de plus de 23 000 Allemands âgés de 20 à 70 ans, suivis pendant huit ans. 

L’intérêt d’arrêter la cigarette

Voici une bonne nouvelle pour les personnes qui fument : cesser de fumer permet de réduire le risque de déchaussement dentaire assez rapidement. Il en va de même pour tous les autres risques liés au tabagisme. Il n’est donc jamais trop tard pour dire adieu à la cigarette. 

Si vous fumez, prêtez attention à tout point douloureux, de la bouche ou de la gorge, qui ne guérirait pas en deux semaines. L’apparition de plaques blanches, de boules dures, de lésions en creux ou au contraire bombées sur la langue, l’intérieur des joues ou les gencives doit être surveillée avec attention. De même, si vous avez de la difficulté à avaler, voyez votre médecin.