La peur du dentiste : degrés, causes et solutions

personne ayant peur du dentiste

Loin de concerner uniquement les enfants, la peur du dentiste touche aussi de nombreux adultes. Elle peut prendre la forme d’une simple appréhension jusqu’à celle d’une véritable phobie de se rendre chez ce médecin. Si cette peur prête souvent à sourire, elle empêche, dans les cas extrêmes, la réalisation de soins bucco-dentaires nécessaires. On parle alors de stomatophobie, de dentophobie ou encore d’odontophobie. 

Les différents degrés de peur du dentiste

On peut affirmer sans trop de risque que personne ne consulte le dentiste de gaieté de cœur. Dans l’imaginaire collectif, les soins réalisés par ce spécialiste sont intrinsèquement associés à la douleur. Nous ressentons donc presque tous une appréhension naturelle à nous rendre dans un cabinet dentaire. 

Lorsqu’une personne présente des symptômes anxieux avant de se rendre à une consultation chez le dentiste, on parle de peur. Il s’agit par exemple d’une insomnie systématique la veille d’un rendez-vous fixé pour recevoir des soins dentaires. Cette peur représente d’ailleurs l’un des principaux motifs pour lesquels les gens ne se rendent pas chez le dentiste.

Si cette crainte devient intense et se manifeste de manière physique, on parle de phobie dentaire. Parmi les divers symptômes de la stomatophobie figurent notamment la tachycardie, l’hyperventilation, les tremblements, la transpiration excessive ou encore des nausées. Dans les situations les plus sévères, le patient peut subir une crise de panique ou perdre connaissance.

La phobie de la dentisterie ne doit donc pas être prise à la légère. De plus, elle est beaucoup plus répandue que l’on ne pense. Elle peut conduire certaines personnes à refuser tout soin, même en cas d’urgence dentaire . Cette carence nuit à l’hygiène bucco-dentaire et, à terme, pèse sur l’état de santé général du patient.

Les causes de la phobie dentaire

Dans notre inconscient, nous conservons l’image de l’arracheur de dents. Les soins dentaires sont donc très souvent associés à un moment pénible. Même si les techniques ont évolué, l’angoisse d’avoir mal est toujours présente. Elle constitue le premier motif de peur du dentiste.

Certains patients sont effrayés par le bruit de la fraise qui fait grincer des dents. D’autres par l’odeur des produits qui caractérise les cabinets dentaires. Quelques-uns craignent plus particulièrement l’anesthésie.

Il n’est pas rare qu’une personne refuse de consulter un dentiste car elle a honte de ses dents sales ou abîmées. Une autre raison qui explique l’odontophobie est la perception des soins dentaires comme des actes intrusifs.

La plupart des personnes qui ont peur du dentiste ont vécu ou observé une expérience traumatisante dans leur passé. Extraction de dent douloureuse, accident, hospitalisation, agression peuvent tous déclencher des symptômes de peur intense. 

Au final, ces personnes abandonnent leur hygiène bucco-dentaire. Le tartre s’accumule et les conséquences sont désastreuses : maladies parodontales, gingivite, caries, perte de dents, voire problèmes ORL ou pathologies cardiaques. Au niveau psychologique, des dents en mauvais état empêchent de sourire, de manger et de parler correctement. La vie sociale et affective en souffre donc forcément.

Comment surmonter la peur du dentiste ?

Rassurez-vous, il est possible d’apprivoiser la peur du dentiste et de vaincre votre blocage psychologique. Votre premier défi est d’avouer votre angoisse ou votre phobie à votre médecin. Il doit être informé pour pouvoir comprendre vos réactions et s’adapter. Établir un lien de confiance avec son dentiste est capital.

Dans les cas d’anxiété légère, on recommande de se coucher tôt la veille de la consultation et de ne pas consommer d’excitants. N’hésitez pas à pratiquer des techniques de relaxation dans la salle d’attente et dans le cabinet dentaire. Emportez vos écouteurs pour écouter de la musique. Respirez lentement et essayez de penser à quelque chose qui vous fait plaisir. 

Dans les cas de dentophobie plus intense, le chirurgien-dentiste peur prescrire des médicaments aux propriétés anxiolytiques à prendre la veille. La sédation consciente par MEOPA (mélange équimolaire d’oxygène et de protoxyde d’azote), plus communément appelé « gaz hilarant » constitue aussi une option. Son utilisation est autorisée depuis une dizaine d’années dans les cabinets dentaires. L’anesthésie générale est envisagée lorsque l’état d’abandon buccal nécessite des interventions lourdes.

Parmi les traitements qui s’étendent sur la durée figurent la pédagogie par la vidéo, la psychothérapie et l’hypnose. Ces méthodes douces offrent plusieurs alternatives pour combattre votre odontophobie. 

L’équipe de dentistes des centres dentaires HELVIDENT, présente à Lausanne, Fribourg et Aigle est à votre écoute pour réaliser les soins dans les meilleures conditions.